Que dire après tant de mois d'absence? D'abord, je vous remercie infiniment pour les commentaires laissés sur ma dernière recette... Je remercie les nénettes parisiennes de m'avoir harcelée pour que je me replonge dans la blogosphère. Je vous rassure, je ne vous ai jamais vraiment quittées.
Ces derniers mois ont été très éprouvants. J'ai déménagé 2 fois... Vous avez tous déménagé au moins une fois donc vous savez combien c'est contraignant et prenant un déménagement. On ouvre les placards et on découvre alors toutes ces petites merdes qu'on garde pour je ne sais quelles raisons. On se dit peut-être que ça resservira. En même temps, je me demande comment on peut réutiliser des piles usées. Quand je repense à tout ce qu'on accumule dans une vie, je trouve ça effrayant. Les souvenirs, ceux qu'on a dans la tête et dans le cœur, prennent bien moins de place que tous ces cartons que nous avons faits, défaits puis refaits.
Oui, 2 déménagements en 3 mois, c'est énorme.
Le premier a été effectué par des déménageurs. Mon chéri était alors militaire et c'est donc l'armée qui nous finançait ce déménagement. Nous avons quitté Paris pour Tonnay-Charente. Ca se trouve à une trentaine de kilomètres de la Rochelle. C'est petit voire minuscule à côté de Paname. Nous y sommes restés 3 mois... nous le savions. Mon chéri cherchait un moyen de quitter la Gendarmerie. Nous avons donc intelligemment laissé des cartons fermés. Ma vie à Tonnay-Charente? Ah, le bonheur. Nous avions une maison avec jardin immense. J'ai découvert la vie en maison et j'avoue en être vite devenue accro. C'est agréable de pouvoir, dès le matin, manger sur la terrasse à l'heure où percent les 1ers rayons du soleil. Nous avons eu un début d'automne très doux et clément. Nous avons profité de chaque seconde dans cette maison... parallèlement, nous avons commencé à chercher un autre logement car quitter la Gendarmerie incluait de quitter le logement de fonction. Nous espérions trouvé notre bonheur à la Rochelle mais c'était vain. La Rochelle est une jolie ville mais qui devient très bourgeoise. Les loyers y sont élevés. Lorsqu'ils ne le sont pas, la maison est en mauvaise état ou mal située. Oui, je voulais une maison... vous vous rappelez, j'en suis accro.
Nous avons donc cherché, cherché puis cherché. Rien.
Nous avons donc tenté Rochefort. Rochefort est collée à Tonnay-Charente. Nous y avons vécu 5-6 ans. J'aime cette ville pour diverses raisons... l'architecture, les bords de Charente, son marché... je connais bien Rochefort.
Je suis tombée sur cette annonce qui proposait de louer un duplex avec terrasse. J'étais d'accord pour retourner en appart' à une seule condition: qu'il y ait une terrasse. Nous voilà partis pour la visite... et c'est le coup de foudre. L'appartement est immense et la terrasse qui donne sur les toits de Rochefort est tout a fait ce que je voulais.
Nous nous sommes donnés le temps de la réflexion, visitant d'autres maisons à la Rochelle. Finalement, c'est à Rochefort que nous avons élu domicile. Le déménagement fut laborieux car fait par nous aidé d'un ami sans qui ça aurait été une vraie galère. Nous avons déménagé le gros de nos affaires (mobilier, électroménager, etc..) en une seule fois mais les cartons de livres, de vêtements, d'épices, etc... ont été déménagé en plusieurs fois sur 2 semaines. USANT!!!
Je suis aujourd'hui installée. Il reste encore des petites choses à ranger mais j'ai rapidement pris possession des lieux.
Je ne regrette pas d'avoir choisi Rochefort car j'aime vraiment cette ville... même si j'y vis seule.
Oui, le nouveau travail de mon chéri l'oblige à travailler à l'étranger. C'est un sacrifice que nous faisons...Il est parti il y a quelques jours.
.................. à suivre.

fabada

FABADA ASTURIANA

Voici une recette en souvenirs de nos dernières vacances, mon chéri. Recette espagnole originaire des Asturies, c'est une sorte de cassoulet ibérique plein de saveurs qui vous tiendra bien chaud cet hiver. La recette qui suit est remaniée. Je l'ai trouvé ici

Ingrédients pour 4 personnes:
-500g de haricots blancs
-4 tranches épaisses de poitrine de porc fumée ou demi-del
-du chorizo (fort de préférence)
-du boudin noir aux oignons
-1 saucisse fumée genre saucisse de Morteau
-4 gousses d'ail
-1 pincée de safran
-1 petit bouquet de persil
-1 oignon
-le vert de deux poireaux
-1 feuille de laurier
-1 branche de thym
-2 clou de girofle
-Huile d'olive, sel, poivre 

La veille, faites tremper les haricots blancs avec un peu de bicarbonate de soude. Le matin, lavez le vert de poireau, attachez-le avec le laurier, le thym et le persil. Mettez dans un faitout les haricots, la saucisse fumée, le chorizo dont vous aurez retiré le boyeau qui l'entoure, la poitrine de porc, ajoutez le bouquet garni, l'oignon piqué des clous de girofle, les gousses d'ail entières mais épluchées et une ou deux cuillères à soupe d'huile d'olive. Recouvrez d'eau et portez à ébullition. Ajoutez le safran délayé dans une tasse d'eau. Laissez cuire à feu doux jusqu'à ce que les haricots soient tendres (environ une heure).A ce moment, ajoutez le boudin noir, salez et poivrez. Laissez reposer une demi-heure, ôtez le bouquet garni, découpez la viande en tronçons et servez.

Les astuces:
-pour le boudin et le chorizo, dosez comme bon vous semble. Je vous conseille le chorizo des Aldudes de Pierre Oteiza fait avec du cochon basque élevé en plein air dans les montagnes. Le meilleur que j'ai mangé jusqu'ici!!!
P5190134 P5190131